13.06.19

Blog

EPM/BI : une frontière ? Quelle frontière ?

  • #EPM
  • #Dataviz
  • #Analytics
  • #Business Intelligence

Article publié par Virgile Demolliens, Consultant Manager EPM chez Keyrus

frontière EPM BI

Il y a encore quelques mois, l’EPM était destiné aux niveaux opérationnel, organisationnel et planification, et son utilisation cantonnée à l’élaboration budgétaire. La rude concurrence des outils de dataviz a poussé les éditeurs à innover, voire même à associer EPM & BI  pour enrichir leur offre.

L’EPM : kézako ?

Entreprise Performance Management, ou comment améliorer la performance de l’entreprise en :

  • Simplifiant les processus ;
  • Proposant une solution de construction budgétaire qui remplace celle réalisée sur Excel au prix d’efforts coûteux en temps et en argent ;
  • Améliorant de manière globale son efficacité.

L’EPM s’adresse tout aussi bien aux directions financières, qu’aux services RH, achats, supply, DSI… qui ont besoin de piloter leur activité au travers d’indicateurs clés de performance ou de données financières.

Forrester Wave Gestion des performances entreprise
Forrester Wave™ : Gestion des performances d'entreprise, 4e trim. 2016

EPM/BI : 2 mondes, 2 usages, 1 univers

Il y a encore quelques mois, EPM et BI constituaient deux univers distincts et séparés par une barrière qui semblait infranchissable. Si une entreprise avait besoin de construire son budget, et en parallèle de restituer ses données de manière interactive et visuelle, il fallait 2 outils, et les faire communiquer entre eux n’était pas chose aisée. Ce temps semble désormais s’éloigner, car une nouvelle tendance émerge : EPM et BI interagissent, se parlent, et se complètent (voire se confondent).

En effet, entre positionnement clair et affirmé sur la Business Intelligence et partenariats stratégiques, les synergies se créent peu à peu. Ainsi, l’éditeur Jedox accélère sur sa stratégie de partenariats avec les principaux acteurs du marché. Les connecteurs Tableau, Power BI et Salesforce complètent désormais celui qui a émergé en premier : Qlik.
Par ailleurs :

  • BOARD International, solution EPM, est la seule plate-forme totalement intégrée (avec SAP) à être présente sur le Gartner BI. Elle permet de réaliser l’élaboration budgétaire et la consolidation statutaire, tout en proposant des fonctionnalités de BI et d’Analytics.
  • IBM avec Cognos Analytics, et Oracle avec Oracle Analytics Cloud, ont également pris le virage de la dataviz, avec des solutions dédiées.

Globalement, ces acteurs EPM sont encore considérés comme de niche, mais devraient rapidement s’affirmer sur ce marché.

Analytics and Business Intelligence Platforms
Magic Quadrant for Analytics and Business Intelligence Platforms (2019)

Les outils de BI sont considérés comme réactifs, en cela qu’ils tendent à apporter des réponses à des questions spécifiques. Ils permettent d’accéder à l'information, la traiter, la consommer, la manipuler, la découper pour comprendre les tendances et obtenir des réponses aux questions analytiques. Les outils EPM, eux, sont plutôt proactifs, car ils permettent de planifier et de définir une stratégie plus ou moins long terme, de comparer, d’expliquer, de justifier et d’anticiper. Le souhait est de rapprocher deux usages : celui de la construction budgétaire, et celui de la restitution et de la manipulation.

Accélérer la prise de décision

Les processus budgétaires sont trop longs et coûteux, et il devient vital pour les entreprises de les raccourcir et d’accélérer la prise de décision. Les éditeurs de solutions EPM ont fait un constat clair : dans une société de plus en plus attirée par l’aspect graphique, la donnée n’est utile que si elle peut être visualisée de manière synthétique et efficace. La BI est plus percutante et accessible, et les solutions EPM s’en sont largement inspirées pour proposer entre autres les fonctionnalités suivantes : 

  • Interfaces visuelles : longtemps limitées aux diagrammes en barres ou aux camemberts, les solutions EPM se sont largement diversifiées en s’inspirant largement des visuels que l’on retrouve dans les solutions de dataviz (bubble charts, cartes de chaleur,…).
  • Storytelling : ou l’art de raconter des histoires. Tel est le souhait des directions qui souhaitent s’affranchir de plus en plus des PowerPoint traditionnels pour faire de leur solution le nouveau support de leurs instances de pilotage interne.
  • Mobile Device : bien avant les outils EPM, les solutions dataviz se sont adaptées aux supports mobiles. Cette fonctionnalité est désormais obligatoire pour les directions des grandes entreprises dont les fonctions les amènent à beaucoup de déplacer. Les éditeurs EPM l’ont bien compris en proposant quasi-systématiquement le responsive design.

Écran dashboarding solution BOARD International

Screen dashboarding solution BOARD International
Écrans de dashboarding issus de la solution BOARD International

À terme, les outils EPM souhaitent également, en se reposant notamment sur les fonctionnalités de BI/Dataviz, répondre à d’autres besoins tels que l’analyse prédictive ou l’intelligence artificielle (IBM l’a déjà mis en place).

Fonctionnalités IA de l’éditeur Anaplan
Fonctionnalités d’IA mises en avant sur le site de l’éditeur Anaplan

De plus en plus de besoins, mais des confusions toujours présentes

Keyrus, via son partenariat avec l’éditeur Jedox, a récemment été l’un des premiers intégrateurs en France à implémenter l’intégration de la solution dans Qlik. Son client, grand groupe industriel, avait fait le choix d’acquérir la solution Qlik afin de couvrir les besoins de reporting de l’ensemble de ses métiers (RH, finance, achats, supply…). Dépourvu de solutions efficaces pour répondre aux besoins d’élaboration budgétaire, le client a porté son choix sur Jedox en raison notamment de la possibilité offerte de disposer facilement des capacités de data visualisation de Qlik. Un POC a alors été réalisé, avec succès, et a permis de proposer une solution de saisie budgétaire via la réalisation des travaux suivants :

  • Développement dans Jedox d’écrans de saisie pour les directeurs de BU et de zone ;
  • Création d’un flux depuis Jedox pour transférer les données et en disposer dans Qlik ;
  • Saisie de données via un composant Jedox intégré directement dans un écran Qlik et permettant la mise à jour en (quasi) instantanée des dashboards.

Néanmoins, le choix ne se fait jamais aussi facilement que dans le cas de ce POC, puisqu’ici notre client avait une idée précise de ses besoins et de la manière dont il allait exploiter chacune des solutions EPM et dataviz. Force est de constater que le choix entre un outil EPM et un outil BI est loin d’être évident. Les critères de différenciation sont de plus en plus minces, et il n’y a pas de meilleure solution dans l’absolu, sinon celle adaptée au contexte de l’entreprise. D’autant que l’EPM utilise la BI, en ce sens qu’elle est le lien entre l’information (la data) et la prise de décision.

Dois-je envisager de me munir d’une solution BI, d’une solution EPM, ou d’une solution EPM intégrée qui embarque les fonctionnalités de dataviz et de reporting interactif ? Les éléments de réponse résideront dans les usages, les sources de données et l’architecture en place, mais aussi et surtout dans la trajectoire de la donnée, depuis sa provenance jusqu’à son utilisation finale. Le rôle de conseil devient donc de plus en plus nécessaire et déterminant afin de proposer aux entreprises la solution la plus adaptée à des besoins en constante évolution, sur un marché EPM/BI qui évolue également très rapidement.